L’importance de l’utilisation durable : la « réutilisation durable » des ressources naturelles et l’avenir

L'importance de l'utilisation durable : la "réutilisation durable" des ressources naturelles et l'avenir

La survie de l’humanité dépend de diverses ressources naturelles, qui sont actuellement surexploités. Qu’elles soient renouvelables ou non, au rythme actuel de consommation, elles finiront un jour par s’épuiser. L’avenir de l’humanité dépend d’une utilisation durable des ressources naturelles. Cet article présente les différents types de ressources naturelles, leur importance, et 5 moyens pour les entreprises d’en assurer l’utilisation durable.

Quelles sont les ressources naturelles et leur importance ?

Quelles sont les ressources naturelles et leur importance ?

Toute ressource provenant de l’environnement est une ressource naturelle : lumière du soleil, air, eau, terre, minéraux composant la majeure partie des produits industriels, combustibles fossiles moteurs de notre civilisation, sources de nourriture animales et végétales etc. Notre vie entière dépend des ressources naturelles. Le manque de n’importe laquelle porterait un coup fatal à notre mode de vie.

Ces dernières années, l’importance vitale des ressources naturelles est apparue de façon criante. Selon l’OMS, la pollution de l’air cause chaque année 7 millions de décès prématurés. 99% de l’air respiré contient des taux élevés de polluants, dépassant les recommandations. Outre les substances toxiques permanentes au-dessus des villes et zones industrielles, des brouillards intenses apparaissent à certaines saisons, impactant la santé et visibilité, provoquant accidents et paralysies des transports : brume printanière en Chine, Corée, Japon et Taïwan, feux en Amérique du Nord et Australie etc. Juste le manque d’air pur menace déjà gravement la sécurité et la qualité de vie. Une utilisation durable des ressources naturelles est indispensable pour les préserver.

Qu’est-ce que l’« utilisation durable des ressources naturelles » ?

La définition la plus directe est que la vitesse d’utilisation des ressources naturelles doit être inférieure ou égale à leur vitesse de renouvellement. Par exemple, l’énergie solaire est une ressource naturelle en approvisionnement illimité : son utilisation à la place d’autres ressources constitue une forme d’utilisation durable.

Même si limitées, des ressources comme les forêts et les stocks de poissons peuvent se régénérer naturellement ou par intervention humaine. Une exploitation forestière et halieutique durables, où chaque arbre coupé et chaque poisson pêché sont remplacés au cycle de vie suivant, permet aussi une utilisation durable. Mais il ne suffit pas de replanter un arbre pour un arbre ou de limiter les prises : il faut préserver l’ensemble des écosystèmes face à des aléas comme maladies, incendies, pollutions pouvant empêcher la régénération.

Les minerais et combustibles fossiles comme acier, cuivre, or, argent, aluminium, pétrole, gaz, uranium sont des ressources non renouvelables en quantités finies. Le recyclage et la réduction de consommation sont les seuls moyens d’en maximiser les bénéfices, en attendant de trouver des alternatives renouvelables.

Quelles sont les ressources naturelles surexploitées ?

Il y a 2 types de ressources naturelles surexploitées : celles non renouvelables condamnées à l’épuisement, et celles renouvelables mais mal gérées, en voie d’épuisement du fait d’une mauvaise utilisation.

Quelles sont les ressources naturelles surexploitées ?

Surexploitation de ressources renouvelables

Exemples de ressources renouvelables mais surexploitées :

  • Forêts : couvrant 31% des terres émergées soit 4,06 milliards d’hectares, les forêts sont bien plus que des pourvoyeuses de bois et papier, jouant un rôle crucial pour la biodiversité et le climat. Pourtant, selon la FAO, 4,2 milliards d’hectares de forêts ont été détruits entre 1990 et 2020 du fait de la déforestation, bien que son rythme ait diminué ces dernières années à 10 millions d’hectares par an.
  • Stocks de poissons : la FAO constate une aggravation continue de la surpêche, passant de 10% des stocks en 1974 à 35,4% en 2019. Un tiers des espèces sont surexploitées. Seuls 10% des stocks ne sont pas pleinement exploités. Cela entraîne une augmentation du nombre de bateaux de pêche sans hausse des captures, poussant les pêcheurs à recourir à des pratiques risquées voire illégales pour survivre, accélérant l’épuisement.
  • Sols : les micro-organismes des sols transforment progressivement les polluants organiques en composés inorganiques inoffensifs, ou en humus favorisant la croissance des plantes. Lorsque les pollutions dépassent la capacité d’épuration naturelle des sols, elles en détruisent l’équilibre dynamique, accumulant des polluants qui nuisent aux micro-organismes et suppriment l’autocuration. De plus, la régénération de la fertilité prend du temps, incompatible avec l’agriculture commerciale intensive, conduisant à des sols appauvris, impropres aux cultures. Selon l’ONU, 12 millions d’hectares de terres deviennent ainsi chaque année définitivement incultivable.
  • Air : grâce aux vents et précipitations qui lessivent les polluants atmosphériques vers le sol où ils sont absorbés et épurés, ainsi qu’à l’action épuratrice de la végétation, l’air possède des capacités naturelles d’auto-assainissement. Mais la pollution industrielle et automobile, associée à la désertification et aux feux de forêt produisant des poussières, a largement dépassé ces capacités, détériorant continuellement la qualité de l’air.

Ressources non renouvelables

Quelques ressources non renouvelables parmi tant d’autres :

  • Combustibles fossiles : issus de la transformation sur des millions d’années sous haute température et pression de dépouilles animales et végétales enfouies, ils incluent charbon, pétrole, gaz naturel et schistes bitumineux. Quelques centaines d’années d’ère industrielle ne peuvent reconstituer ces stocks.
  • Minerais : leur formation prenant des centaines de millions d’années, et entrant dans la composition des automobiles, bâtiments, câbles électriques, smartphones etc., ces ressources non renouvelables ne peuvent qu’être recyclées au maximum.

Quelles sont les ressources naturelles utilisables de manière durable ?

Énergie solaire

Le soleil irradie la Terre en énergie lumineuse et thermique. L’énergie solaire annuelle au niveau du sol équivaut à plus du double de toute l’énergie contenue dans les combustibles fossiles et l’uranium réunis. C’est une ressource inépuisable.

Énergie géothermique

La géothermie provient de la chaleur du magma terrestre, transmise en surface par la circulation des laves et des eaux souterraines. Pour l’instant l’énergie géothermique atteignant la surface est très supérieure à la vitesse d’extraction humaine, cette ressource naturelle est donc durablement exploitable.

Végétation cultivée durablement

Par photosynthèse, les plantes dissocient l’eau en oxygène grâce à l’énergie solaire, et produisent des glucides servant de nourriture aux animaux. Une gestion durable préservant la fertilité des sols permet à ces végétaux de constituer une ressource naturelle renouvelable.

Pourquoi la durabilité est-elle importante ?

Pour les générations futures

Une exploitation non durable appauvrit les conditions de vie des générations à venir : catastrophes naturelles, hausse des prix, problèmes sanitaires etc. C’est profondément injuste et attise les ressentiments générationnels.

Pour nous-mêmes

Au-delà de la morale envers autrui, la durabilité nous concerne directement car de nombreuses conséquences néfastes de la non-durabilité se manifestent en quelques années voire mois. Vivre de manière durable améliore l’environnement mais constitue aussi un filet de sécurité personnel en diminuant dépendance et investissements dans des ressources naturelles vouées à l’épuisement.

Pourquoi une utilisation durable des ressources naturelles est-elle urgente ?

Hausse des prix

Une exploitation durable maintenant l’approvisionnement en ressources naturelles évite une flambée des prix liée à leur raréfaction. Ainsi, le prix du poisson sauvage a presque doublé entre 1990 et 2012 selon The Economist, alors que celui du poisson d’élevage n’a augmenté que de 20%. Cet écart risque de se creuser avec la surpêche.

Changement climatique

L’utilisation de ressources non renouvelables rompt l’équilibre écologique de la planète. Nous extrayons et brûlons en quelques siècles des combustibles fossiles mis des millions d’années à se former, rejetant des gaz à effet de serre. La déforestation et l’appauvrissement des sols limitent leur capacité d’absorption du CO2. Le changement climatique provoque davantage de catastrophes naturelles nuisant aux forêts, compliquant leur gestion durable.

Effondrement des écosystèmes

Les écosystèmes constituent des systèmes subtils dont l’équilibre repose sur les populations de chaque espèce. L’exploitation non durable des forêts et sols détruit des habitats. La surpêche rompt directement cet équilibre. Le nombre d’espèces sur Terre diminue, jusqu’à un point de basculement conduisant à l’effondrement de tout l’écosystème.

Crise alimentaire

La production actuelle de nourriture est suffisante, mais entre croissance démographique et appauvrissement des terres arables, des pénuries pourraient survenir, gagnant des régions déjà vulnérables au changement climatique : Afrique, Asie du Sud, Amérique Centrale et du Sud.

Risques sanitaires

La pollution de l’air et le manque d’eau potable dus à la mauvaise gestion des ressources naturelles ont un impact sanitaire. Les plastiques issus de ressources non renouvelables, non biodégradables, libèrent des microplastiques dans les océans et les cours d’eau, finissant dans notre chaîne alimentaire avec des effets néfastes sur la santé humaine.

5 moyens pour les entreprises de contribuer à l’utilisation durable des ressources naturelles

5 moyens pour les entreprises de contribuer à l'utilisation durable des ressources naturelles

Dématérialisation

La puissance des systèmes informatiques et de stockage actuel rend dérisoire la consommation énergétique et mémoire pour conserver un document numérique, comparativement aux ressources naturelles nécessaires pour produire papier et encre. La dématérialisation réduit aussi les coûts et facilite la recherche d’informations.

Emballages écologiques

Essentiels au transport de matières premières, à la production et à la distribution des produits finis, les emballages sont un enjeu clé pour l’industrie et la distribution. Les entreprises peuvent réutiliser leurs emballages, ou adopter des solutions renouvelables comme cartons recyclés et [sacs compostables en bagasse] pour réinsertion dans un cycle de production ou retour au sol, réduisant l’empreinte écologique.

Énergies renouvelables

La plupart des réseaux électriques reposent encore majoritairement sur les énergies fossiles. Recourir aux fournisseurs d’électricité verte ou installer ses propres infrastructures renouvelables comme le solaire sur site contribue à substituer ressources renouvelables et non renouvelables, réduisant ainsi les émissions de gaz à effet de serre et la vulnérabilité de l’entreprise à la volatilité des prix des énergies fossiles. De nombreuses entreprises visent 100% d’énergie renouvelable d’ici 2050 (RE100) voire 2030.

Renouvellement du matériel

Les progrès techniques augmentent l’efficacité énergétique des équipements. Le remplacement du matériel obsolète permet des économies à la source, réduisant la consommation d’énergie et les coûts.

Approvisionnement durable

Privilégier les ressources certifiées durables : bois FSC, plastiques alternatifs à base de déchets agricoles compostables, coton bio GOTS etc. C’est soutenir l’utilisation durable des ressources naturelles.

Perspectives pour l’utilisation durable des ressources

Les problèmes engendrés par la non-durabilité apparaissent déjà. Réduire la consommation globale et les besoins en ressources non renouvelables, promouvoir des modèles circulaires valorisant le recyclage et les matières biosourcées, instaurer une gestion durable des pêcheries et forêts, réduire les pollutions, sont les défis à relever dès maintenant en prévision des prochaines décennies.